Graisse du barillet et Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Graisse du barillet et Histoire

Message  LULU BERLU le Dim 24 Juil 2011 - 21:15

Bonsoir à toutes et tous,
Petite question toute bête, relative au graissage du barillet, obligatoire en compétition, et fortement conseillé en tir loisir : quelle était la pratique réelle de chargement des barillets à l'époque ? Les "cowboys" d'antan avaient-ils leur petit pot de graisse sur eux ? Ils tiraient des charges dite "de guerre", c'est à dire des chambres chargées plein pot de pn, sans semoule ou bourre... Etaient-ils si inconscient du risque qu'ils prenaient, au regard du niveau de sécurité qui est d'usage aujourd'hui, avec des charges bien moindres ?
Merci de vos avis éclairés !

LULU BERLU

Messages : 126
Date d'inscription : 22/07/2011
Age : 46
Localisation : Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  TEX TONE le Dim 24 Juil 2011 - 22:34

bonsoir lulu , je ne savais pas que le remplissage de graisse des chambres était obligatoire en compétition ( j'ai fait une seule compète, avec un french 1873 à cartouche , est-ce que c'est dans un réglement FFTir ou bien dans ton club
Je tire avec de la semoule pour araser le barillet et donc avoir un enfoncement de la balle toujours le meme , mais je graisse la balle en mettant mes balles dans une boite avec une noix de graisse et c'est tout .
Mes potes 95/100 eux gavent de graisse , pour je crois une meilleure précision et minimiser l'encrassement et l'emplombage mais je ne crois pas que cela soit pour la sécurité . les départs en série se produisent je crois pas l'amorce et pas par les chambres , comment une flamme irait emflammer la chambre d'à coté en pénétrant à travers la balle sertie ,?????? me parait improbable , par contre d'une amorce à l'autre me parait possible quand on voit avec une camera la flamme d'une amorce , elle pourrait bien se communiquer à l'autre amorce et dans ce cas là , boucher l'avant du barillet avec de la graisse ne ferait rien à l'affaire .
Je pince toujours les amorces pour pas qu'elles reculent au départ il faut bien vérifier que les cheminées sont propres et débouchées mais avec des trous minimum pour pas que la flamme de la poudre revienne en arrière ( un tros gros trou dans la cheminée peut laisser de la poudre y rentrer ). Il ne faut jamais agrandir les trous des cheminées . Toujours verser la poudre avec une dosette et un entonnoir pour éviter de faire déborder la poudre sur le barillet .
Les lunettes obligatoire c'est logique les amorces éclatent et projètent non seulement des particules brulantes mais des morceaux de cuivre parfois .
Au 19éme siecle ils devaient pas trop se soucier de cela , enfin je suppose , mais quelques spécialiste de l'histoire vont bien nous le conter .
Dans les accessoires d' époque je ne me souviens pas qu'il y ait des pompes à graisses , des huiliers oui mais pas pour le meme usage .
a+
TEX
pS dans ton club il n'y a rien sur les armes anciennes ???



Dernière édition par TEX TONE le Jeu 28 Juil 2011 - 8:51, édité 1 fois

_________________
L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la clôture

 
 
 

TEX TONE
Admin

Messages : 1843
Date d'inscription : 12/05/2011
Age : 63
Localisation : Savoie Libre

http://poudrenoire.free.fr.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  LULU BERLU le Dim 24 Juil 2011 - 23:07

Si si, obturation obligatoire des chambres des barillets de révolver après le chargement (art.521 du règlement MLAIC). La raison est uniquement relative à la sécurité (éviter un départ simultané de plusieurs chambres).
Par contre, comment faisaient les anciens, à l'origine ? Graisse ? Pas graisse ? Question Question Question


LULU BERLU

Messages : 126
Date d'inscription : 22/07/2011
Age : 46
Localisation : Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  BLONDIN le Mar 26 Juil 2011 - 10:31

BONJOUR LULU BERLU
TU AS RAISON LA GRAISSE EST OBLIGATOIRE EN COMPET.
PERSO JE NE TIRE PLUS QUE POUR MON PLAISIR: mort aux quilles et aux gongs lol.
JE NE GRAISSE JAMAIS LES COPAINS NON PLUS ET EN PLUS DE TRENTE ANS DE TIR JE N AI JAMAIS VU DE DEPARTS EN CHAINES.
CELE DEVAIT SE PRODUIRE EN ACTION DE COMBAT LA POIRE DEVAIT VOMIR DE LA POUDRE DE PARTOUT AVEC LE STRESS DU GARS CHARGEANT SOUS LE FEU ENNEMI
MAIS EN USAGE SPORTIF OU DE LOISIR JAMAIS VU .SALUT A BIENTOT
BLONDIN

BLONDIN

Messages : 48
Date d'inscription : 11/06/2011
Age : 58
Localisation : LURS alpes du sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  TEX TONE le Jeu 28 Juil 2011 - 9:07

Bjr , j'ai consulté mes amis tireur au club hier qui pour respecter la règle obturent complètement . Le meilleur me dit le faire surtout pour la lubrification du canon qui s'encrassera moins vite , par contre sa méthode est de charger 3 chambres à la fois une sur deux obturées de graisse car d'après lui quand on tire une balle une grande partie des deux chambres mitoyennes se vident de leur graisse aux alentours ( dans la grille pare-déchets ) .
On n'a toujours pas d'indication précise sur la méthode employée à l'époque . Je verrais assez bien qu' après la charge le propriétaire bouche les chambres avec du saindoux qui deviendra de plus en plus ferme avec le temps et qui protegerait la charge de l'humidité qui pouvait se répendre sur l'arme à la ceinture les jours de pluie ou de neige . Quitte peut ^^etre à changer les amorces de temps en temps si l'arme ne tire pas souvent . Les cow boys vivaient à la campagne et pas dans un film et ne se tiraient pas dessus tout les quarts d'heure . Leur arme leur servait surtout en cas de danger autre qu'un autre tireur .
J'avais récupéré un 1851 qui était resté chargé pendant plus de 10 ans , j'ai changé les amorces qui me paraissaient oxydées , j'ai tiré, les 6 balles sont parties sans problème . les balles avaient été graissées les chambres pas obturées mais le moule à balle en 375 donnaient des balles serties qui découpent à l'enfoncement donc assez hermétiques .
TEX

_________________
L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la clôture

 
 
 

TEX TONE
Admin

Messages : 1843
Date d'inscription : 12/05/2011
Age : 63
Localisation : Savoie Libre

http://poudrenoire.free.fr.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  LULU BERLU le Jeu 28 Juil 2011 - 18:26

Moi non plus, j'ai jamais entendu quelqu'un qui aurait connu quelqu'un à qui un départ multiple serait arrivés...Je souhaitais juste savoir si quelqu'un avait une vague idée de la pratique de chargement à l'époque. Sûr que des balles serties "nickel chrome" dans la chambre offrent une protection certaine à la poudre! Si quelqu'un a des infos historiques sur graissage ou pas, je serai preneur ! Après pour le graissage obligatoire (en compétition) aujourd'hui et son utilité réelle, là je ne commente pas, c'est le réglement, donc jusqu'à ce qu'il change, on est bien contraint de s'y conformer (perso en terme de sécurité, surtout avec les armes, je ne considère rien comme une contrainte...)

LULU BERLU

Messages : 126
Date d'inscription : 22/07/2011
Age : 46
Localisation : Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Anton Todorov le Ven 29 Juil 2011 - 5:06

je ne sais pas ,sera interesant por vous coment bulgares guerilleros dans a1840 -1860 l,anns .descrit dans les memoires coment sont lubrifies leurs armes .qu,ils vecu come les kow-boys.dans les montagnes

Anton Todorov

Messages : 67
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 50
Localisation : Bulgaria

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Anton Todorov le Mar 9 Aoû 2011 - 11:50

dans un livre ecrit que les militants draises infligees de ram sur les fusiles et la cuir de leurs mains

Anton Todorov

Messages : 67
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 50
Localisation : Bulgaria

Revenir en haut Aller en bas

Graissage du barillet

Message  Bdellium le Sam 17 Déc 2011 - 14:24

Bonjour à tous,
Au début il est vrai que je bourrais mes chambres et rajoutais dessus la balle de plomb qui venait se sertir en obstruant la chambre. Point de semoule ou de couscous. Je n'ai jamais eu de départs simultanés, il est vrai ! ... Puis les anciens sur le pas de tir m'ont conseillé d'ajouter le couscous (fin ou moyen) certains de la semoule (plus fine que le couscous)... Par mesure de sécurité je les écoute et j'ai pris l'habitude de charger à leur manière. Personnellement ce que je conseillerais c'est surtout d'éviter de mélanger les poudres (par exemple PN et PSF). C'est là le plus dangereux. Moi, après avoir serti ma balle dans la chambre et ôté la petite bague de plomb qui s'ensuit à la découpe au contact de la chambre, j'ai pris l'habitude conseillée par les anciens de rajouter en obturation de la chambre après insertion de la balle une petite lentille de graisse dont voici la composition.
Je fais fondre un peu de graisse avec de la cire à bougie dans une vieille boîte de cirage à chaussure (Lion noir) que j'étale par dessus la balle une fois logée dans la chambre. Pour ce faire j'ai bricolé une douille de 7.62 à la perceuse de manière à évider le côté où se trouve l'amorce à la façon d'une petite cupule. Il ne s'agit pas de trouer la douille. Lorsque je râcle cette douille dans ma boîte à cire une lentille de graisse-cirée se loge dans cette cupule que j'étale grosso modo sur la balle sertie. Voilà tout.
Bons tirs !
cheers

Bdellium

Messages : 6
Date d'inscription : 16/12/2011
Age : 63
Localisation : Hyères (83)

http://admin.centerblog.net/gerer/galipettes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  TEX TONE le Lun 19 Déc 2011 - 9:32

ah oui GG un crobar serait bien , j'ai du mal à visualiser le fonctionnement de ta pompe à graisse

TEX

_________________
L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la clôture

 
 
 

TEX TONE
Admin

Messages : 1843
Date d'inscription : 12/05/2011
Age : 63
Localisation : Savoie Libre

http://poudrenoire.free.fr.

Revenir en haut Aller en bas

graisse ou pas graisse

Message  oldgunner le Ven 30 Déc 2011 - 17:01

Bdellium a écrit:Bonjour à tous,
Au début il est vrai que je bourrais mes chambres et rajoutais dessus la balle de plomb qui venait se sertir en obstruant la chambre. Point de semoule ou de couscous. Je n'ai jamais eu de départs simultanés, il est vrai ! ... Puis les anciens sur le pas de tir m'ont conseillé d'ajouter le couscous (fin ou moyen) certains de la semoule (plus fine que le couscous)... Par mesure de sécurité je les écoute et j'ai pris l'habitude de charger à leur manière. Personnellement ce que je conseillerais c'est surtout d'éviter de mélanger les poudres (par exemple PN et PSF). C'est là le plus dangereux. Moi, après avoir serti ma balle dans la chambre et ôté la petite bague de plomb qui s'ensuit à la découpe au contact de la chambre, j'ai pris l'habitude conseillée par les anciens de rajouter en obturation de la chambre après insertion de la balle une petite lentille de graisse dont voici la composition.
Je fais fondre un peu de graisse avec de la cire à bougie dans une vieille boîte de cirage à chaussure (Lion noir) que j'étale par dessus la balle une fois logée dans la chambre. Pour ce faire j'ai bricolé une douille de 7.62 à la perceuse de manière à évider le côté où se trouve l'amorce à la façon d'une petite cupule. Il ne s'agit pas de trouer la douille. Lorsque je râcle cette douille dans ma boîte à cire une lentille de graisse-cirée se loge dans cette cupule que j'étale grosso modo sur la balle sertie. Voilà tout.
Bons tirs !
cheers
Cest un peu la technique décrite par John Frost dans un article paru dans Action gun.Moi je ne le fais pas car je graisse mes balles en les trempant dans un mélange de suif et cire d'abeilles fondus.Lors de concours AA je n'ai jamais vu d'arbitre vérifier le graissage au-dessus des chambres et ce en 30 ans de compétitions.En revanche, lors de mon premier tir avec un 1851 navy et en 1970 j'ai la surprise d'un départ simultané avec la chambre voisine.Mais il est vrai, à l'époque je n'avais aucune connaissance concernant le chargement.Il n'existait rien à l'époque qui parlât de tir pn (peut-être chez les arquebusiers?) et de plus j'étais tireur isolé.
Que cela n'empêche pas de passer un bon réveillon et de préparer une bonne année riche en tirs avec ou sans graisse!!

oldgunner

Messages : 76
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 72
Localisation : tarn et garonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Duncan OXBURRY le Lun 6 Fév 2012 - 12:04

Hello,
Pour mes premiers tir à PN, dans les années 70 (non pas 1870, bande de galopins !) et pratiquant le rechargement en PSF, j'ai suivi à la lettre les instructions qui étaient fournies avec le Remington en .36 que j'avais acheté.
Il était précisé (non pas qu'il ne fallait aucun vide dans la chambre (!!!)) mais de bien remplir de graisse l'interstice la balle/barillet. La graisse préconisée étant de la graisse de roulement.
C'est ce que j'ai fait, avec de la grise (pour les connaisseurs)
J'ai rapidement compris pourquoi la cavalerie américaine équipait ses cavaliers de gants type mousquetaires ! Si on ne touchait pas l'adversaire avec le plomb, on l'aveuglait avec la graisse.
Comme je n'aime pas tirer en bleu, j'ai vite déposé l'ensemble dans une caisse et repris mes, bonnes ou mauvaises, suivant les goûts, habitudes de tireur à la PSF.
Pas satisfait néanmoins de cet échec, j'ai tenté plusieurs solutions, jusqu'à arriver à celle qui me donne toutes satisfactions et qui est la suivante : des cartouches en papier (à rouler ou autre produit spécialisé) avec poudre, bourre (le couscous, je le réserve à mon assiette, quelques fois !) rondelle de cire (2/3 de paraffine et 1/3 de cire) et une balle en plomb.
C'est propre (à charger et à tirer) ça nettoie bien le canon, et ça ne sent pas la graisse chaude ou le cochon grillé.
Petit inconvénient, c’est plus long à faire qu’un chargement à la trappeur sur le terrain, mais comme je n’ai jamais été impliqué dans la « charge héroïque », quelques barillets de temps en temps, ce n’est pas trop contraignant !
Et comme disait un regretté ami, c’est mon opinion et je la partage !

D.O

Duncan OXBURRY

Messages : 1357
Date d'inscription : 13/05/2011
Age : 74
Localisation : Ile de France -Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Sebou le Mer 8 Fév 2012 - 19:28

Salut tous!
Sujet toujours très actifs que son ceux liés au rechargement.
Personnellement, je partage l'avis de Duncan.
J'aime bien avoir les mains propres lorque je manipule mon revolver.
Aussi, ma méthode est la suivante : dans la boite de projectile je dépose une belle noix de graisse et secoue activement la boite. Ainsi, les projectiles sont tous graissé et je peux ranger ma graisse dans un coin pour un bon moment. Biensûr, avec le temps, j'ai trouvé la quantité de graisse à déposer dans la boite sans que mes projectiles soient "noyés" dans la graisse. Ce n'est pas le but. L'objectif c'est de pouvoir prendre un "boulet" avec ses doigt sans avoir a utiliser autre chose qu'un chiffon pour s'essuyer.
Le projectile est juste enrobé d'une fine couche de graisse.
Il faut dire que j'ai une méthode de rechargement particulière, qui me permet de finir avec les 6 boulets à sertir. Au final, mes mains ne sont pas sales et l'arme est propre.

Maintenant, mon hypothèse dans la réalité :
Les manipulateurs d'armes :
2 écoles; l'armée et le cowboy.
Pour l'armée, je vois la solution pratique de la cartouche papier. Ou un procedé bien "carré".
Pour les cowboys, ce devait être le bourrage à ras la gueule !

Seb


Dernière édition par Sebou le Jeu 9 Fév 2012 - 11:13, édité 1 fois (Raison : Fautes d'othographe)

Sebou

Messages : 841
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Graisse et rechargement

Message  oldgunner le Jeu 9 Fév 2012 - 10:27

Sebou a écrit:Salut tous!
Sujet toujours très actifs que son ceux liés au rechargement.
Personnellement, je partage l'avis de Duncan.
J'aime bien avoir les mains propres lorque je manipule mon revolver.
Aussi, ma méthode est la suivante : dans la boite de projectile je dépose une belle noix de graisse et secoue activement la boite. Ainsi, les projectiles sont tous graissé et je peux ranger ma graisse dans un coin pour un bon moment. Biensûr, avec le temps, j'ai trouvé la quantité de graisse à déposer dans la boite sans que mes projectiles soient "noyés" dans la graisse. Ce n'est pas le but. L'objectif c'est de pouvoir prendre un "boulet" avec ses doigt sans avoir a utiliser autre chose qu'un chiffon pour s'essuyer.
Le projectile est juste enrobé d'une fine couche de graisse.
Il faut dire que j'ai une méthode de rechargement particulière, qui me permet de finir avec les 6 boulets à sertir. au final, mes mains ne sont pas sales et l'arme est propre.

Maintenant, mon hypothèse dans la réalité :
Les manipulateur d'armes :
2 écoles; l'armée et le cowboy.
Pour l'armée, je vois la solution pratique de la cartouche papier. Ou un proceder bien "carré".
Pour les cowboys, ce devait être le bourrage à ras la gueule !

Seb
Moi je plonge les billes dans un mélange fondu de suif et cire d'abeille (la prochaine fournée je vais y ajouter quelques gouttes d'huile essentielle de lavande pour voir comment ça sent!!) ;Les billes sont retirées rapidement et couvertes d'une fine pellicule.Lorsque j'utilise la presse séparée pour le remington je prends alors un petite pince . De toute façon avec le tir pn on trimballe tjours la caisse à outils.En concours j'utlise les doigts et me nettoie les mains avec un lingette(la moins chère possible). Et la lingette ça fonctionne très bien pour un nettoyage rapide et provisoire.

oldgunner

Messages : 76
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 72
Localisation : tarn et garonne

Revenir en haut Aller en bas

Graisse ou pas graisse ? Pas graisse !

Message  Duncan OXBURRY le Jeu 9 Fév 2012 - 10:59

Pour en revenir à la question de départ qui était de savoir si les anciens tireurs graissaient ou ne graissaient pas, je pense que la réponse est NON.
Les vieilles cartouches militaires n'ont pas de graisse !
Par contre, il faut remarquer que les évents de cheminées étaient beaucoup plus fins que c'eux d'aujourd’hui et que les capsules étaient beaucoup plus épaisses. À noter que le chien ne doit pas frapper la cheminée mais l’effleurer, c’est la capsule qui est frappée.
Quand au nettoyage des armes, c’est plus une façon d’occuper le soldat en garnison qu’une préoccupation sur le terrain. Il en va de même du « promeneur » sur la frontière.
N’oublions pas, et ce n’est pas une légende, que la crosse servait parfois de marteau ! Alors le nettoyage du canon !!
Donc le graissage semble plus une préoccupation du tireur du 20 ou 21ème siècle, bien installé sur son pas de tir, assis sur sa caisse de 10 kg avec ses petites boites, sa petite presse, ses petites éprouvettes et ses petits chiffons ! C’est moins « old west » qu’assis sur le chariot tiré par un bœuf sur une piste défoncée et avec quelques méchants aux fesses !
CQFD

Duncan OXBURRY

Messages : 1357
Date d'inscription : 13/05/2011
Age : 74
Localisation : Ile de France -Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Sebou le Jeu 9 Fév 2012 - 11:10

C'est clair:
" N’oublions pas, et ce n’est pas une légende, que la crosse servait parfois de marteau ! Alors le nettoyage du canon !! "
Il faut bien reconnaitre qu'il y a une "distorsion" dans la culture européenne et celle du nouveau monde.
Les Américains sont plutôt des consommateurs exessif, contrairement où chez nous, l'on préfere garder les choses et les faire durer.
Même, si au début de l'aventure Colt, la plus part des productions étaient déstinés à l'armée, à partir de 1860 -1865, il a bien fallut trouver un autre marché (puisqu'il n'y avait plus de guerre par la suite...) : Les particuliers, la police, les services de transport etc... Bref, pour certains d'entre eux, les propriétaires pouvaient s'acheter un Colt (et souvent toujours en percussion) alors que d'autres, plus aisé, pouvaient se procurer une conversion voire les nouveaux modeles à cartouches metaliques.
Ceci juste pour dire, qu'en effet, les gars ne devaient pas trop s'encombrer pour la maintenance de leurs pétoires.
Enfin, les bandits ne devaient surement s'embarasser avec ces détails : Ils devaient faire comme aujourd'hui, d'une manière ou d'une autre ils n'en n'achetaient surement pas...

Quand on pense que l'on pendait pour un vol de cheval mais pas pour le vol de la sellerie, ça fait reflechir, car la valeur d'une paire de bottes ou d'une selle semblait plus importante que la valeur d'un bronco local !

Et puis, aujourd'hui, du fait qu'il faut toujours trouver un responsable à une problématique, la pratique de ce sport est bien ententu très encadrée. A l'époque, ils devaient s'en fiche pas mal.
Sans parler que beaucoup de "porteur de revolvers" ne devait tirer (à l'exception des cowboys au travail) et qu'il est fort a parier que bon nombre de revolvers chargé 1 jour, le fussent encore 10 ans plus tard, l'arme perdu dans une malle ou un tiroir...

Cordialement,
Seb


Dernière édition par Sebou le Jeu 9 Fév 2012 - 11:30, édité 2 fois

Sebou

Messages : 841
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  TEX TONE le Jeu 9 Fév 2012 - 21:31

Sebou a écrit: C'est clair:
...

Quand on pense que l'on pendait pour un vol de cheval mais pas pour le vol de la sellerie, ça fait reflechir, car la valeur d'une paire de bottes ou d'une selle semblait plus importante que la valeur d'un bronco local !...

Cordialement,
Seb

Seb j'ai peur que tu ne sois jamais monté à cheval , voler un cheval revenait à assassiner le propriétaire qui se trouvait complètement démuni pour se défendre et se nourrir . As tu déja essayer de courrir derriere une vache avec seulement ta selle à la main , le cheval meme si sa valeur était faible valait plus en service qu'une paire de botte ou qu'une selle dont on pouvait éventuellement se passer . Un bon cheval qui sauve la vie de son cavalier demande des années pour être à la hauteur . Il existe des quantités d'anecdote ou le cheval à sauvé la vie de son cavalier , j'en connais aucune d'une selle ou d'une paire de botte . A ce sujet je te conseille la lecture du livre " last bullet " de François Marchal que l'on doit trouver sur www.nokota-ranch.com . je l'ai lu d'un trait ou presque çà plonge bien dans l'ambiance et tu sauras pourquoi " last bullet"
TEX



_________________
L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la clôture

 
 
 

TEX TONE
Admin

Messages : 1843
Date d'inscription : 12/05/2011
Age : 63
Localisation : Savoie Libre

http://poudrenoire.free.fr.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Sebou le Ven 10 Fév 2012 - 20:03

Salut,
Tex, Eh non pas toi !
Bon, je te rappelles que j'ai plus de 15 ans de selle sous les fesses !
Et pour apporter un complément d'info sur ce thème (et sans vouloir polluer le post d'origine), l'éducation d'un cannasson en Europe par rapport aux Us est complètement différente. En effet, en europe, on commence à éduquer un cheval à partir de 2 /3 ans et cela prend environs 6 mois pour y faire quelque chose... Aux états unis, n'importe quel Quater horse est débourré dans la journée à partir d'1 an.
Effectivement, tu fais bien de rappeller l'importance de posseder un bon cheval, mais je peux t'assurer que ce fait peut être vraiment relatif par rapport au regard que nous portons (en Europe, et encore plus aujourd'hui) à ces magnifiques bêtes. Mais des chevaux, ils en pouvaient en avoir énormément à disposition. Et l'on pouvait se proccurer n'importe quelle carne férrée à partir du moment où ce dernier pouvait emmener d'un point A à un point B son cavalier.
Je pense même que seul les cavaliers de l'armée pouvaient avoir "une espece d'attache" à leur monture.
Ah au fait, lorsqu'un gars qui venait de se faire brûler dans la rue, les gens venaient le dépouiller, et je pense qu'une paire de bottes pouvait vraiment aider un va nu pied à ce moment là.
Bref, de toutes façons je n'étais pas présent à cette époque pour attester de mes propos, je me base que de la lecture plus ou moins historique.

Amiocalement,
Seb

Sebou

Messages : 841
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  TEX TONE le Ven 10 Fév 2012 - 23:13

salut seb , désolé je pensais pas que tu avais le postérieur aussi tanné , je pense que l'on a pas eu les meme lecture de l'époque , je suis un amoureux du cheval et pour moi les soi-disante carne férrée je ne pense pas qu'elle aient existée à part dans les films . Les éléveurs ont toujours soignés et aimés leur animaux en france ou aux usa , c'est pourquoi le vol était puni de la sorte , si il avait été aussi facile de trouver un bon cheval tout le monde se serait moqué d'un vol . J'ai lu dans des livres d'époque la valeur de certain chevaux de ranch dépassait de 100 fois la valeur d'un cheval commun qui était deja 10 fois la valeur d'un cheval de boucherie . Les exploits dont étaient capable certain chevaux dépasse de loin les capacités des voleurs de chevaux .

Toutes nos excuses lulu ceci ne concerne pas la graisse des barillets .
TEX

_________________
L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la clôture

 
 
 

TEX TONE
Admin

Messages : 1843
Date d'inscription : 12/05/2011
Age : 63
Localisation : Savoie Libre

http://poudrenoire.free.fr.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Sebou le Sam 11 Fév 2012 - 9:50

Oui en effet.
Bon, c'est pas grave si on un peu dérivé, l'essentiel c'est que l'on puisse échanger avec convivialité sur ce forum. Et puis c'est normal que nous n'ayons pas tous la même opinion, sinon les dicussions seraient peu enrichi. Enfin, pour finir, il est dans la culture Us des choses que nous ne comprennons pas toujours (par exemple la recidive peut vous contraindre à la perpétuité, voire la peine capitale dans certains états. Il suffit de voler 2x des piles dans un supermarché pour être sous le coup de cette peine ! dingue nan ?).
Alors pour ce qui de la graisse , encore désolé Lulu, je n'ai jamais lu ou vu que l'on en utilisait à l'époque. Peut être certains le faisait, mais je n'ai pas de témoignage à ce sujet.
C'est pourquoi je pense qu'il s'agit d'un procedé de tireurs "moderne".
Cordialement,

Seb

Sebou

Messages : 841
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

J'ai retrouvé des recettes de graisses du 19ème siècle

Message  Duncan OXBURRY le Lun 13 Fév 2012 - 16:06

Mais pour graissage des projectiles en non pour les chambres du barillet

Quelques recettes, dont certaines issues du 19ème siècle...

Les proportions sont données en volume (approximatif), pas au poids.

- US Army 1855 Rifle- 1 part cire d'abeilles, 3 parts de suif.
- Maynard Rifle 1890 - 1 part cire d'abeilles, 3 parts de suif.
- Marlin Firearms 1891 - 1 part cire d'abeilles, 4 parts de suif.
- US Army 1861 Springfield - 8 parts cire d'abeilles, 1 part de suif.
On voit ci dessus, que suivant les années, les fabricants, si les composants sont les mêmes (encore que.. il peut y avoir pas mal de différence de qualité des produits) il peut y avoir pléthore de mélange a proportions fort différentes...
- US Army 1873 - 8 parts bayberry wax, 1 part graphite
- US Army 1880 - cire du Japon (issue d'un fruitier japonais, et très utilisé au 19eme siècle dans le monde entier)
- Sharps Rifle Co. 1878 - 1 part cire d'abeilles, 2 parts d’huile de baleine.
- Smith & Wesson 1891 - suif pur.
- 50 % de cire d'abeille + 50 % d'huile d'olive.
- 50 % de cire d'abeille + 40 % d'huile d'olive + 10% d'huile BALISTOL ( attention, il faut mélanger pendant refroidissement car le Balistol n'est pas miscible dans les 2 autres composants ) Fonctionne bien dans les revolvers et les cartouches métallique de faible puissance ... bon rendement dans le 44-40 et le 56-50.
- 25 % de cire d'abeille, 65% de suif et 10% de graphite. Pour les balles qui ont des vitesses initiales élevées, et peu de volume de gorge de graissage
- 25 % de cire d'abeille, 50 % de suif de mouton et 25 % de paraffine
- H.M. Pope 1900 - 3 parts suif de mouton, 2 parts bay wax, 1 part cire d'abeille, 1 part huile pour machine a vapeur, 1 part de graphite.

Duncan OXBURRY

Messages : 1357
Date d'inscription : 13/05/2011
Age : 74
Localisation : Ile de France -Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Sebou le Lun 13 Fév 2012 - 17:07

Comme d'habitude Duncan est très factuel. Bravo!
Doit on comprendre qu'il s'agit là de recette pour graisser les projectiles de cartouches metalliques uniquement ? (à lire les dates et modeles référencées).
(Sauf peut être pour le 1855 et 1861 ?).

Sebou

Messages : 841
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Graisse du barillet et Histoire

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:26


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum