La ligne Mason-Dixon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La ligne Mason-Dixon

Message  Duncan OXBURRY le Dim 10 Juin 2012 - 18:11

J'avais, dans un précédent post sur le marquage des armes évoqué un Colt 1851 Navy commémoratif MASON-DIXON.

Voici l'histoire de la ligne (traduction de textes américains).

La plupart des Américains savent de la ligne Mason-Dixon que c’est la séparation entre le Nord et le Sud, la liberté et l'esclavage. Mais la ligne de l'origine n'a rien à voir avec l'esclavage et existait avant les États-Unis.
La ligne est, en fait, le résultat d'un litige foncier sanglant entre propriétaires de la Pennsylvanie et du Maryland où le pays était juste un ensemble de colonies britanniques.
Mason était un astronome employé par la Société royale de Greenwich, en Angleterre. Il a passé son temps à observer les étoiles et la lune et à l'établissement de tables lunaires qui pourraient être utilisées pour déterminer la longitude.
Dixon était un inspecteur de Cockfield dans le comté de Durham en Angleterre et a été éduqué par John Bird, un célèbre fabricant d'instruments de haute précision astronomique.
La frontière commence à 15 miles au sud de la pointe la plus sud de la ville de Philadelphie, et fait suite à une latitude constante ouest jusqu'à un point situé entre l'ouest de la Pennsylvanie et ce que nous appelons aujourd'hui la Virginie-Occidentale (état créé durant la civil war)
Mason et Dixon ont utilisé les étoiles pour calculer cette voie à travers le désert et marquer la ligne de démarcation de 233-mile de long entre la Pennsylvanie et du Maryland, et les 83 miles de long qui limitent la zone nord-sud entre le Maryland et le Delaware.
L’étude et la mise place ont durés cinq ans de 1763 à 1767
Les blocs de pierres énormes, de calcaire entre 3,5 et 5 mètres de long et pesant entre 300 et 600 livres ont été extraits dans le sud de la Grande-Bretagne et expédiés en Amérique.
La ligne Mason-Dixon (ou Mason et Dixon's Line) a été étudiée entre 1763 et 1767 parCharles Mason et Jeremiah Dixon dans la résolution d'un différend frontalier entre les colonies britanniques de l'Amérique coloniale. Il forme une ligne de démarcation entre les quatre États américains, faisant partie des frontières de la Pennsylvanie, Maryland, Delawareet la Virginie-Occidentale (alors partie de la Virginie). Dans l'usage populaire, surtout depuis le Compromis du Missouri de 1820 (apparemment la première utilisation officielle du terme «Mason et de Line Dixon"), la Dixon Line Mason symbolise une frontière culturelle entre les États-Unis Nord-Est et le États-Unis du Sud (Dixie)
La ligne a été créé pour mettre fin à un différend frontalier entre les colonies britanniques du Maryland et en Pennsylvanie / Delaware. Au Maryland a été accordé le territoire au nord de la rivière Potomac jusqu'au quarantième parallèle. la subvention de la Pennsylvanie a défini la limite sud de la colonie de la manière suivante Twelve Mile frappé Cercle anti-horaire de la rivière Delaware jusqu'au début du quarantième degré de latitude Nord. " De là, la limite était de suivre la 40e, plein ouest parallèles de cinq degrés de longitude. Mais le 40e parallèle n'est pas en fait couper le Twelve Mile Circle, lieu situé sensiblement plus au nord. Ainsi la limite sud de la Pennsylvanie le tel que défini dans sa charte a été contradictoires et peu clairs. Le problème le plus grave est que la demande duMaryland mettrait Philadelphie, qui est devenu la plus grande ville de Pennsylvanie, dans le Maryland.
Un conflit prolongé juridiques entre les Calvert famille, qui contrôlait le Maryland, et le Penn de la famille, qui contrôlait la Pennsylvanie et les «Trois comtés Basse" (Delaware), a été terminé par la décision de 1750 que la limite devrait être fixée comme suit:[citation nécessaire]
 Entre la Pennsylvanie et du Maryland:
 Le parallèle (la ligne de latitude) 15 miles (24 km) au sud de la pointe sud de Philadelphie, mesurée d'être à environ 39 ° 43 'N et convenues dans la ligne de Maryland et la Pennsylvanie.
 Entre le Delaware et le Maryland:
 L'actuel est-ouest de la Ligne Transpeninsular océan Atlantique à son point médian de labaie de Chesapeake.
 Un Twelve Mile (rayon) Circle (12 mi (19 km)) autour de la ville de New Castle, Delaware.
 Un «tangente» reliant le point milieu de la ligne Transpeninsular sur le côté ouest du cercle de douze milles.
 Une «ligne du Nord" le long du méridien (méridien de longitude) du point tangent à la frontière du Maryland de la Pennsylvanie.
 Si un bien-fonds dans l'ouest de douze milles automne Cercle de la Ligne du Nord, il resterait une partie du Delaware. (Ce fut effectivement le cas, et cette frontière est le "Arc Line".)
Les parties au différend a engagé une équipe d'experts britanniques, l'astronome Charles Mason et Jeremiah Dixon arpenteur, d'étudier ce qui est devenu connu sous le nom-Dixon Line Mason. Il a coûté la Calvert du Maryland et de Pennsylvanie les Penns £ 3512 / 9 d 'avoir 244 miles (393 km) interrogés avec une telle précision. Pour eux, l'argent a été dépensé à bon escient, dans un nouveau pays il n'y avait pas d'autre moyen d'établir la propriété.[2][3]
La ligne Mason-Dixon est composé de quatre segments correspondant aux termes du règlement:
 Tangente
 Ligne du Nord
 Arc Line
 le 39 ° 43 'N parallèles
La tâche la plus difficile a été de fixation de la tangente, comme ils l'avaient pour confirmer l'exactitude de l'Transpeninsular ligne à mi-parcours et le Mile-cercle à douze, de déterminer le point de tangence le long du cercle, puis fait enquête et le monument de la frontière.Ils ont ensuite interrogés dans le Nord et les secteurs d'Arc. Ils ont fait ce travail entre 1763 et 1767. Ce fait a laissé un petit coin de terreen litige entre le Delaware et en Pennsylvanie jusqu'en 1921.[citation nécessaire]
En avril 1765, Mason et Dixon ont commencé leur enquête sur la célèbre Pennsylvania Maryland-ligne de plus. Ils ont été chargés de l'exécuter sur une distance de cinq degrés de longitude ouest de la rivière Delaware, la fixation de la limite ouest de la Pennsylvanie (voir l'entrée de Yohogania comté). Cependant, en Octobre 1767, à Dunkard Creek près de Mount Morris, en Pennsylvanie, près de miles (393 km) à l'ouest 244 du Delaware, un groupe d' Amérindiens les ont forcés à quitter leur progrès.[citation nécessaire]
En 1784, les arpenteurs David Rittenhouse et Andrew Ellicott et leur équipage ont répondu au sondage de la ligne Mason-Dixon à l'angle sud-ouest de la Pennsylvanie, cinq degrés de la rivière Delaware.[4] D'autres géomètres ont continué à l'ouest de la rivière Ohio. La section de la ligne entre l'angle sud-ouest de la Pennsylvanie et la rivière est la ligne séparant le comté de Marshall et Wetzel comtés, la Virginie-Occidentale.[citation nécessaire]
La frontière entre la Pennsylvanie et du Maryland a été inventorié de nouveau en 1849, puis à nouveau en 1900.[citation nécessaire]
Le 14 Novembre 1963, lors du bicentenaire de la ligne Mason-Dixon, le président américain John F. Kennedy a ouvert une nouvelle section terminé de l'autoroute 95 où il a franchi la frontière du Maryland et au Delaware. Il a été l'une de ses dernières apparitions en public avant celui de Dallas, au Texas, où il fut assassiné. Le Delaware Turnpike et la partie du Maryland de la nouvelle route ont ensuite été désigné comme John F. Kennedy Memorial Highway.
Depuis la fin de la Guerre d'Indépendance américaine, la ligne Mason-Dixon était la ligne de démarcation entre les États abolitionnistes du Nord et les États esclavagistes du Sud, jusqu'au Compromis du Missouri voté en 1820 qui déplace la limite à la latitude 36°30' Nord (frontière sud du Missouri) pour les territoires de l'ancienne Louisiane française, achetée en 1803.
Délimitant les frontières du Delaware, de la Pennsylvanie et du Maryland, elle a été établie entre 1763 et 1767 par les deux géomètres britanniques Charles Mason et Jeremiah Dixon. Elle est située à environ 39°43'20" de latitude Nord.
Les esclaves noirs qui utilisaient le chemin de fer souterrain devaient traverser la ligne Mason-Dixon pour tenter de gagner la liberté.
Même après la guerre, cette frontière est restée un fort symbole de division culturelle entre les États du Sud et du Nord. John F. Kennedy a construit une autoroute traversant la ligne qui est aujourd'hui nommée en son honneur. Dans l'usage, elle représente aujourd'hui la démarcation formelle entre le Nord et le Sud des États-Unis.
D'un point de vue étymologique, c'est probablement de son nom que sont nées les expressions "Dixie" et Dixieland" pour désigner les États du sud. Pour d'autres, les termes "Dixie" ou Dixieland" trouvent leur source dans le billet de banque américain de dix dollars ; en effet, le dit billet en circulation dans les États de l'Union au cours de la guerre de sécession portait la mention "TEN" dollars, soit dix en anglais, alors que le billet de même valeur circulant dans les États de la Confédération portait la mention "DIX" au lieu de "TEN". D'où le "DIXIELAND", ou "pays du dix".
L'épopée de Charles Mason et Jeremiah Dixon fait l'objet d'une chanson de Mark Knopfler intitulée Sailing to Philadelphia, tirée de l'album du même nom.
Depuis la fin de la Guerre d'Indépendance américaine, la ligne Mason-Dixon était la ligne de démarcation entre les États abolitionnistes du Nord et les États esclavagistes du Sud, jusqu'auCompromis du Missouri voté en 1820 qui déplace la limite à la latitude 36°30' Nord (frontière sud du Missouri) pour les territoires de l'ancienne Louisiane française, achetée en 1803.
Délimitant les frontières du Delaware, de la Pennsylvanie et du Maryland, elle a été établie entre 1763et 1767 par les deux géomètres britanniques Charles Mason et Jeremiah Dixon. Elle est située à environ 39°43'20" de latitude Nord.
Les esclaves noirs qui utilisaient le chemin de fer souterrain devaient traverser la ligne Mason-Dixon pour tenter de gagner la liberté.
Même après la guerre, cette frontière est restée un fort symbole de division culturelle entre les États du Sud et du Nord. John F. Kennedy a construit une autoroute traversant la ligne qui est aujourd'hui nommée en son honneur. Dans l'usage, elle représente aujourd'hui la démarcation formelle entre le Nord et le Sud des États-Unis.
D'un point de vue étymologique, c'est probablement de son nom que sont nées les expressions "Dixie" et Dixieland" pour désigner les États du sud. Pour d'autres, les termes "Dixie" ou Dixieland" trouvent leur source dans le billet de banque américain de dix dollars ; en effet, le dit billet en circulation dans les États de l'Union au cours de la guerre de sécession portait la mention "TEN" dollars, soit dix en anglais, alors que le billet de même valeur circulant dans les États de la Confédération portait la mention "DIX" au lieu de "TEN". D'où le "DIXIELAND", ou "pays du dix".
* A partir du XVIII°, l'évangélisation des esclaves se généralise. Or, comme le rappelle Gérard Herzaft: "Très rapidement, et probablement dès le début du XIX°, le chant religieux devint un des moyens d'expression privilégié (parce que bien sûr autorisé) du génie africain. Avec une considérable capacité d'adaptation, les esclaves noirs transformèrent les hymnes baptistes et méthodistes en ces chants religieux mêlant les origines africaine et européenne et qui se sont répandus dans le monde entier sous le nom de negro spirituals."
Les Negro spirituals ont pour thèmes la rédemption, le triomphe de l'espoir sur la misère et la délivrance. Ces chants reflètent la foi profonde des Afro-américains et renferment parfois des messages cachés de résistance. La plupart des maîtres d’esclaves ne peuvent pas les comprendre, ou sont obligés de les tolérer, à l’instar d’un negro spiritual traditionnel du XIXème siècle, Go down Moses, inspiré de l'Ancien Testament (Exode 5:1 et 8:1: "L'Éternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, et tu lui diras : Ainsi parle l'Éternel : Laisse aller mon peuple, afin qu'il me serve."). Les Noirs donnent en effet un sens très particulier aux thèmes puisés dans la Bible, en particulier l'Ancien Testament. Les récits des souffrances et des peines des Hébreux ont eu une résonnance très profonde chez les esclaves noirs
La chanson raconte l'histoire de Moïse délivrant les Hébreux de l'esclavage en Égypte. Cenegro spiritual représente donc une allégorie du rêve de liberté des esclaves noirs américains. Toutes les références bibliques peuvent ainsi être transposées dans les Etats-Unis du début XIX°. L'Egypte évoque le Sud, Israël représente les esclaves africains d'Amérique, le pharaon les maîtres esclavagistes. La référence au Jourdain, dans une autre version du morceau évoque l'Ohio ou encore la frontière canadienne, synonymes de liberté.
Afin de s’exprimer sans risques, les esclaves noirs américains se dotent, au début du XIXème siècle, de tout un jargon de métaphores, incompréhensibles des maîtres blancs. De nombreuses chansons, hermétiques pour ces derniers, circulent de plantations en plantations. Le terme qui désigne le système mis en place afin d'organiser la fuite des esclaves est ainsi très représentatif de ce phénomène, on parle en effet d' underground railroad, ou chemin de fer souterrain.
En effet, cette quête de la liberté célébrée dans les spirituals pouvait être gagnée par la fuite hors des États du sud esclavagiste. A partir de la fin du XVIII ème siècle, puis surtout au début du XIXème, plusieurs groupes religieux, notamment les quakers ( puis les méthodistes, presbytériens et congrégationalistes), organisent la fuite des fuyards ou lèvent des fonds afin de financer cette entreprise.
* L'underground railroad. Pourquoi cette référence au train?
Cette référence au "chemin de fer clandestin" est bien sûr métaphorique. Les esclaves en fuite n'utilisent pas de trains et encore moins de tunnels. Ils reprennent en revanche le champ sémantique du rail. Prenons quelques exemples: à la tête de l'entreprise périlleuse que constitue une tentative de fuite se trouve le chef de train ou conductor, un individu qui connaît la région arpentée, et qui conduit un ou plusieurs esclaves jusqu'à une gare (station). Certains opposants à l'esclavage mettaient ainsi leur domicile à la disposition des fugitifs. Ils y trouvaient abri, de quoi se restaurer et un peu d'argent pour poursuivre leur route. Afin de repérer facilement les stations, les "hôtes" faisaient briller des chandelles aux fenêtres.
En fait, les stations, distantes d'environ 20 miles, constituaient autant d'étapes sur le chemin vers la liberté, à l'instar d'une ligne de train. Pour se déplacer, les conducteurs utilisaient des moyens de transport discrets, mais pratiques, tels que des chariots bâchés ou des charrettes à double fond. La plupart du temps, les fuyards se reposaient la journée et ne voyageaient que de nuit, afin d'être les plus discrets possible.
On estime que 40 000 à 100 000 esclaves ont fuit le sud esclavagiste en utilisant les structures de l'underground Railroad.
Bien sûr, les propriétaires des plantations enrageaient face aux fuites, parfois massives d'esclaves. Aussi, firent-ils pression sur les autorités pour faire passer la loi sur les fugitifs (1850). Toute personne fournissant aide à un fugitif était passible de 6 mois d'emprisonnement et 1000 dollars d'amende. De très nombreuses peines furent infligées, sans mettre un terme pour autant à l'underground railroad. Certains conducteurs payèrent en tout cas très cher leur engagement, à l'image de John Fairfield, un des conducteurs blancs les plus célèbres, tué au cours d'une expédition pour l'Underground ou encore Calvin Fairbank, emprisonné près de 17 années d'emprisonnement pour ses activités antiesclavagistes.
Les différentes routes et chemins secrets sillonnaient le sud, en direction du nord. On estime que vers 1850, environ 3000 personnes travaillaient pour l'Underground Railroad. Les routes conduisant au Canada étaient variées. Les principales partaient du Kentucky ou de la Virginie et passaient par l'Ohio, où se trouvait le réseau le plus complet.
Le Canada représenta la terre promise pour les esclaves en fuite. En effet, les esclaves noirs américains quittaient clandestinement le sud, et tentaient de gagner les États du nord antiesclavagistes, en franchissant la ligne Mason-Dixon, qui séparait la Pennsylvanie du Maryland et se prolongeait à l'ouest. Beaucoup poursuivaient leur route jusqu'au Canada, puisque, dès 1793, une loi contre les esclaves en fuite autorisait les propriétaires d'esclaves à venir récupérer leur "bien" dans les États du Nord. Ces derniers n'étaient donc pas un refuge sûr pour les rescapés, à la différence du Canada.
Certains "conducteurs" devinrent de véritables héros. C'est le cas d'Harriet Tubman, une ancienne esclave qui effectua 19 périples secrets dans le Sud au cours desquels elle mena plus de 300 esclaves vers la liberté. Harriet Tubman ne se fit jamais fait prendre, malgré l'acharnement des esclavagistes à la faire capturer. Ainsi, les propriétaires des plantations avaient offert 40000 dollars de récompense pour sa capture. Son acharnement remarquable à libérer les esclaves lui valut le surnom de "Moïse de son peuple" (on y revient). L'abolitioniste John Brown l’appelait «General Tubman ».
L'intense activité de Harriet Tubman lui vaudra le surnom de " Moïse de son peuple".
Les propriétaires d’esclaves offrirent une récompense de 40 000 dollars à qui parviendrait à la capturer.
Au bout du compte, les efforts de quelques individus courageux (les "chefs de gare", "conducteurs" évoqués plus haut, qui risquaient gros) permirent d’affranchir des dizaines de milliers d’esclaves. Les récits terrifiants des fuyards contribuèrent aussi à creuser un peu plus le fossé entre les Etats du Nord et ceux du Sud.



Duncan OXBURRY

Messages : 1361
Date d'inscription : 13/05/2011
Age : 74
Localisation : Ile de France -Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La ligne Mason-Dixon

Message  Sebou le Lun 11 Juin 2012 - 6:22

Bonjour,
Merci Duncan de nous avoir fais profiter de cet historique concernant la ligne Mason - Dixon. C'est instructif et interessant.
Bravo !
Seb

Sebou

Messages : 841
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

mason dixon commemoratif

Message  TEX TONE le Lun 11 Juin 2012 - 8:31

Merci duncan de la traduction tres intéressante et surtout justifiant bien la création d'une arme commémorative , cette arme ne repésente donc pas seulement 2 personnages connus mais bien un symbole beaucoup plus important dans l'histoire US .
Par contre si tu trouves des infos plus approfondie sur le fabricant de la réplique n'hésite pas . J'ai rien trouvé depuis

TEX

_________________
L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la clôture

 
 
 

TEX TONE
Admin

Messages : 1850
Date d'inscription : 12/05/2011
Age : 63
Localisation : Savoie Libre

http://poudrenoire.free.fr.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La ligne Mason-Dixon

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:59


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum