Chirurgie sur le champ de bataille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chirurgie sur le champ de bataille

Message  tortukitu le Lun 28 Mar 2016 - 18:03

Bonjour,

Ci-dessous une vidéo fort intéressante sur les techniques chirurgicales utilisées a l’époque (guerres napoléoniennes, celles utilisées outre atlantique devaient être assez proches) pour traiter une blessure par balle d'une arme a poudre noire.

Bon visionnage.

PS : Petites natures s'abstenir...


tortukitu

Messages : 194
Date d'inscription : 05/09/2014
Age : 30
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chirurgie sur le champ de bataille

Message  Cobravif le Jeu 31 Mar 2016 - 4:11

Très intéressant documentaire réalisé par le musée de la médecine militaire britannique.
Par rapport à ce qui se passe en 1815, la guerre civile américaine voit deux différences. Au début de la guerre essentiellement après la première bataille de Manassas Junction, le constat des deux côtés est l’extrême faiblesse du service de santé en ligne. Rapidement les yankees mettent sur pied un corps d'ambulances ce que les dixies ne parviendront jamais à vraiment réussir.
C'est une régression par rapport à l'organisation britannique ou française de cinquante ans auparavant. Un progrès toutefois par rapport aux guerres napoléoniennes : l'introduction de l'anesthésie - toute relative - mais qui parvenait à réduire les accidents cardiaques au cours des opérations chirurgicales, mais surtout de l'antisepsie qui permettait de réduire les risques d'infection. En général il s'agissait d'eaux de vie analogues dans le principe aux eaux de vies dites "d'arquebuse" en vigueur en Europe.
Toutefois, les conditions de vies post-opératoires négligeaient souvent les mesures d’antisepsie et la notion d’asepsie étaient en général totalement absentes de l'esprit du corps médical nord-américain.
Dans "Nouveaux mondes" je fais évoluer Pierre-Hubert de Berdeilhe dans les hôpitaux militaires du Sud et du Nord et j'y retrace en diagonale les étonnements d'un français très au fait de ce qui se fait en France en matière médicale ; notamment après les avancées dues à la réaction des pré-humanitaires après la bataille de Solférino laquelle a été à l'époque la source de l'horreur des opinions publiques. Nous sommes, lors de la bataille de Solférino, au début des correspondants de guerre et un peu avant la création de la Croix Rouge par le Suisse Henri Dunant. Je décris aussi une visite de Lincoln dans un hôpital militaire installé près de Washington.
Disons qu'après les travaux de Larrey, médecin de la Grande Armée en France, les Anglais ont su eux aussi améliorer les progrès qu'avaient introduits les efforts d'Ambroise Paré à la Renaissance. C'est Paré qui a mis au point les méthodes d'amputation et surtout qui a introduit l'antisepsie en commandant à des distillateurs de l'alcool alimentaire de très haut degré. Quatre-vingt-cinq à quatre-vingt-dix.
De l'alcool alimentaire car celui-là à la différence de l'alcool de bois servant à la préparation des vernis ne contenait pas de substances toxiques pour le corps humain. L'alcool de pharmacie est de l'éthanol alors que l'alcool dit "de bois " est du méthanol. En outre, le méthanol contenait à l'époque des goudrons qui, s'ils sont très utiles dans le durcissement des vernis, sont éminemment toxiques lorsque introduits dans les tissus organiques.
C'est ainsi que sont nées les eaux de vie - qui sauvent la vie - dites "d'arquebuse" parce qu'elles servaient en médecine et chirurgie contre les dégâts occasionnés par cette arme nouvelle du champ de bataille de la Renaissance.
La plus célèbre encore produite, mais à des fins de gourmandise de nos jours, est celle de l'Ermitage, dans la vallée du Rhône. Elle était autrefois produite par des religieux qui en gardaient une partie mise en fûts pour en descendre en degré alcoolique et préparer ce qu'on appelait un "cordial" destiné à servir de remontant en cas de "coup de pompe" ou d'évanouissement.
Malgré l'introduction de l'antisepsie, les graisses et les imbrûlés de poudre déposaient des matières infectes ou toxiques dans les blessures. Le tranchage des os pouvait aussi laisser des esquilles notamment de périoste qui contient une substance toxique pour le sang. C'est pourquoi une amputation mal nettoyée même si elle est bien traitée à l'alcool peut entraîner une gangrène et une infection générant une septicémie.
Selon les données disponibles, les morts de la guerre civile tués sur le champ de bataille sont beaucoup moins nombreux que ceux qui ont péri des suites de leurs blessures, même soignées du mieux possible avec les moyens de l'époque.

_________________
Les hommes se répartissent naturellement en trois classes : les orgueilleux, les prétentieux et les autres.
Ne faisant pas partie de leur classe, je n'ai jamais rencontré les autres.

Cobravif

Messages : 975
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 64
Localisation : Région toulousaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chirurgie sur le champ de bataille

Message  sporty le Jeu 31 Mar 2016 - 6:39

à tous les 2 pour ces infos! vraiment intéressant comme sujet!

sporty

Messages : 263
Date d'inscription : 18/05/2015
Age : 47
Localisation : 87

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chirurgie sur le champ de bataille

Message  Kokran le Jeu 31 Mar 2016 - 10:10

courageux le mec qui s'est porté volontaire pour le documentaire... LOL

Kokran

Messages : 268
Date d'inscription : 20/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chirurgie sur le champ de bataille

Message  Dan Wesson le Jeu 31 Mar 2016 - 14:20

Ouais, ben, vaut mieux qu'y ai pas de guerre...      No

DW.  Very Happy

Dan Wesson

Messages : 1871
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 66
Localisation : Derrière la Roche de Solutré

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chirurgie sur le champ de bataille

Message  Kokran le Jeu 31 Mar 2016 - 14:30

comme notre ami Cobravif dans son très intéressant post nous parle notamment des reporters de guerre (et que là c'est plus ma partie) ; je me permet de vous mettre ceci :

http://expositions.bnf.fr/presse/arret/10.htm

http://www.studio-plus.fr/histoire-de-la-photographie/le-premier-photographe-de-guerre-carol-popp-de-szathmari-1812-1887.html


et j'ai bien sur un petit faible pour roger Fenton :

http://collodion.claude-marillier.net/PGH/roger_fenton.html




Kokran

Messages : 268
Date d'inscription : 20/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chirurgie sur le champ de bataille

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:35


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum