Le tir, activité toxique à long terme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Graphist le Jeu 13 Nov 2014 - 22:40

En regardant un reportage fait par Canal + sur l'héritage des munitions de 14-18 et des stocks d'obus qui pourrissent un peu partout en France, je me suis penché sur la toxicité des gaz et produits employés dans les munitions.
Vous allez me dire, qu'est-ce que ça nous concerne, nous, pauvres tireurs à la PN ?

Effectivement, bien que nous soyons pas sujets au perchlorate, au trihydrure d'arsenic, à la nitrocellulose ou à l'ypérite, les munitions plus usuelles encartouchées ne sont pas exemptes de toute toxicité.

Hormis le plomb composant les balles dont sa toxicité (saturnisme) n'est plus à démontrer, les amorces modernes apparues dans les années 1830 qui ont remplacé les silex sont un vrai concentré de toxicité.
En effet, jusqu'au milieu du XXème siècle, les amorces des cartouches, des obus et des capsules destinées au tir à la poudre noire étaient composées entre autres de fulminate de mercure http://fr.wikipedia.org/wiki/Fulminate_de_mercure(II).
Reconnu pour être dangereux et très toxique, le mercure a été remplacé il y a quelques dizaines d'années par le Styphnate de plomb http://fr.wikipedia.org/wiki/Styphnate_de_plomb ou le nitrate de baryum.
Ces composants chimiques réputés moins toxiques que le mercure n'en sont pas moins écotoxiques et posent un réel problème sanitaire parmi les professions à risque (tireurs, policiers et ouvriers dans les usines d'armement).

Bref, en me penchant sur le sujet, je me suis aperçu que le monde des munitions est un monde réellement pourri.... Beuaark

(Peut-être que notre ami Cobravif nous éclairera sur le sujet)


Graphist

Messages : 362
Date d'inscription : 04/01/2014
Age : 32
Localisation : Antibes, Alpes Maritimes

http://www.toilerouge.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Tombstone le Ven 14 Nov 2014 - 5:44

Salut Graphist!
Cobra te répondra et ns apportera une réponse carrée.
Il est certain que le tir est toxique, en principe les risques sont diminués si le stand est à ciel ouvert. Certains stands ont des dispositifs pour évacuer les vapeurs.
Il y a quelques mois, j'ai lu qu'un tireur à la poudre noire était atteint du saturnisme car il tirait régulièrement trois fois par semaine. Il respirait les vapeurs du plomb de la balle fondu lors de la déflagration. C'est pas rassurant!
S'il s'y ajoute en plus la toxicité des amorces que je ne connaissais pas, nous ne sommes pas sortis de l'auberge!!
Attendons Cobra!!

Tombstone

Messages : 419
Date d'inscription : 19/08/2013
Age : 58
Localisation : Bouches du Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Cobravif le Ven 14 Nov 2014 - 8:49

Les poudres et explosifs dégagent tous des composés variés dont certains sont toxiques à haute dose. Il est vrai que l'exposition longtemps - une journée en tir intensif - à des départs de tirs d'artillerie en charge maximale peut générer chez les pelotons de pièces une légère euphorie qui disparaît rapidement après l'arrêt des tirs.

En ce qui concerne les amorces modernes, il y a longtemps que l'on a remplacé le fulminate de mercure par un explosif stable et non corrosif pour les mécanismes des armes : La pentrite. Elle se produit en faisant agir de l'acide nitrique fumant sur un composé de carbone, d'oxygène et d'hydrogène que l'on nomme le pentaérythrytol.
Lors de son explosion, la pentrite se décompose entièrement en dégageant de l’énergie sous forme d'onde de choc, et de composés qui sont de l'eau, de l'azote, du monoxyde de carbone et du dioxyde de carbone.

Concrètement, le monoxyde de carbone est un toxique parce qu'il forme avec l'hémoglobine un composé stable, la carboxyhémoglobine, qui se fixe dans le sang et y empêche les réactions d'équilibre qui sont le mode même de fonctionnement de la respiration.
Je rappelle : au moment de l'inspiration l'oxygène forme au niveau des poumons avec l'hémoglobine de l'oxyhémoglobine instable, sous l'action de la pression osmotique de l'oxygène dans les poumons tandis que la carbohémoglobine, sous la pression osmotique du dioxyde de carbone libère ce gaz dans les poumons au moment de l'expiration.
Le sang oxygéné (oxyhémoglobine) passe dans le corps où par phénomène inverse il se décharge de son oxygène dans les organes et se charge de leur dioxyde de carbone (carbohémoglobine).
Ces échanges ne sont possibles que parce que la carbohémoglobine et l'oxyhémoglobine sont des composés instables qui réagissent à la pression osmotique des deux gaz dans ce qu'on appelle en chimie des réactions d'équilibre.
En revanche, la carboxyhémoglobine est un composant stable qui reste sous cette forme dans les hématies (globules rouges). Les hématies ainsi "squattées" ne participent plus à la respiration et si elles sont trop nombreuses, on arrive à un phénomène dit "d'asphyxie à l'oxyde de carbone" phénomène qui cause des accidents tous les hivers.

Seulement, le dégagement de monoxyde de carbone de la charge minime de pentrite que contient une amorce est immédiatement dispersé par les vents. Les fumées de poudre comportent en gros les mêmes composants mais il y a des cendres qui se déposent. On le voit bien en nettoyant les armes. La pentrite des amorces est fixée par du vernis pour éviter que l'explosif s’humidifie. C'est ce vernis qui dépose une sorte de suie lorsqu'on tire sans charge pour bruler le canal lumière, par exemple. Au tir, cette suie est couverte par celle de la poudre.

Tirer - même à poudre dite "sans fumée" - en atmosphère confinée conduit à respirer beaucoup de fumée qui bien que ne contenant que des produits naturels en ce sens qu'ils sont présents de façon naturelle dans l'environnement, peut avoir un effet sur les voies respiratoires.
C'est pourquoi les stands fermés doivent disposer d'un système de recyclage de l'air qui fasse entrer de l'air frais dans la salle. Comme les cuisines et salles de bains, d'ailleurs.

On trouve encore des amorces chargées avec d'autres explosifs que la pentrite. Mais restons sérieux, la quantité de gaz toxiques dispensée par une amorce est littéralement dispersée dans l'atmosphère du stand où elle est infinitésimale par rapport aux fumées de poudres additionnées à la respiration des tireurs.

Arrivons maintenant au plomb. Le plomb fond à 356° C. Vous avez déjà touché des balles qui sont d'arrivées dans la butte de tir depuis quelques minutes. Si elles avaient atteint la température de fusion pendant le vol, 1) vous ne pourriez les toucher, 2) Elles auraient changé de forme. Donc elles sont loin de la température de fusion, donc de l'évaporation et encore plus loin de la sublimation. Elles ne dégagent donc pas de vapeur au stand, au moment du tir.
En revanche, l'accumulation de plomb dans la butte peut, par un phénomène fréquent dans les métaux lourds, générer une diffusion lente que l'on a observé dans les peintures au plomb maintenant interdites qui servaient pour le bâtiment dans les années 1920 à 1950. C'est cette subsistance de ces peintures en sous-couches qui ont conduit les autorités sanitaires européennes à rendre désormais obligatoires les diagnostics de présence de plomb dans les bâtiments au moment des ventes ou des mises en location.
Je ne pense donc pas que le saturnisme détecté chez des tireurs à la poudre noire soit lié au tir proprement dit mais plutôt au coulage de balles sans prise des précautions élémentaires. J'ajoute que les tireurs à la PSF rechargent aussi et coulent aussi leurs balles. En outre, ils utilisent des alliages durcis à l'étain et à l'antimoine qui dégagent donc des vapeurs encore plus toxiques. L’antimoine peut être toxique par ingestion lorsqu'il est froid et il se vaporise une fois fondu. Donc si l'on met en évidence le cas de tireurs à poudre noire seulement, cela répond peut-être à une intention de nuire anti PN que l'on trouve dans certains clubs.

Pour conclure, je vous livre mon opinion qui n'est parole ni d’Évangile, ni de Torah, ni de Coran et encore moins d'Upanishad, mais bien de pratiquant de la chimie artisanale.

Nous sommes exposés à des tas de saloperies dans la vie de tous les jours avec tous les produits et rayonnements que nous inflige la société dite moderne. Les gaz d'échappement n'en sont qu'un avatar mineur.
Les sels de baryum qui tombent sur les zones aéroportuaires, les produits de nettoyage en bombe des ménagères, les lingettes pré-garnies,les vapeurs d'eau acide et le méthaldhyde dégagé par les potscatalytiques etc... sans parler de la malbouffe sont encore plus sources d'allergies, cancers et autres inconvénients. De toute façon après trente ans passés dans l'armée dont onze ans de guerre avec emploi de munitions particulièrement nocives en matière de saturnisme comme les obus de 30 et 40 mm modernes lestés à l'uranium 238 - métal très efficace en matière de saturnisme initial et résiduel, parce que vaporisé par la détonation de la charge militaire - je ne suis toujours pas saturnien.
La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible et les droits de l'homme finissent toujours par céder devant ceux de l'asticot.

DONC
Prenons des précautions lorsque nous coulons. Tirons le moins souvent en atmosphère close si les évacuateurs ne sont pas à la hauteur et profitons de ce qu'on ne tire pas pour laisser le pas de tir aux tireurs et discuter avec les copains.

Restons calme et buvons frais, il y a plus de morts par asphyxie de mauvais tirage chaque hiver que de morts au stand de tir pour avoir respiré la fumée, plus de gens atteints de saturnisme dans les taudis de nos grandes villes où ils vivent dans des squatts de vieux bâtiments que de malades de la même maladie pour avoir été imprudents du rechargement. Arrêtons de se faire peur, mais restons vigilants. Les alpinistes dévissent plus que les tireurs ne s'intoxiquent.
Quant à l'impact environnemental d'une vie de tireur, surtout qu'on cure les buttes de tir régulièrement, il est bien moindre que celui d'une série de panneaux photovoltaïques destinés à couvrir un toit si on part de l'extraction des produits nécessaires à leur fabrication jusqu'à leur recyclage sans parler de leur transport de Chine à chez nous.

Attention à ne pas se laisser entraîner dans : "Bouh ! Caca le tir  ! Méchants les cow-boys ! Caca les militaires ! Pas beau les fusils !" Et autre propagande écolo-pacifiste et droit-de-l'hommiste mal comprise.


Dernière édition par Cobravif le Ven 14 Nov 2014 - 9:08, édité 2 fois (Raison : Correction de coquilles.)

_________________
Les hommes se répartissent naturellement en trois classes : les orgueilleux, les prétentieux et les autres.
Ne faisant pas partie de leur classe, je n'ai jamais rencontré les autres.

Cobravif

Messages : 975
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 64
Localisation : Région toulousaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Tombstone le Ven 14 Nov 2014 - 9:43

Ouf! Nous voilà rassurés! Cela met fin à tous les ragots que l'on entends sur les stands de soit disant source scientifique. Comme par hasard, colportés par des tireurs PSF, du moins par chez ns.. Un club d'Aix n'accepte pas de PN sous ce faux prétexte!!
Je me posais la question concernant les vapeurs de plomb, ne pensant pas à la température nécessaire, impossible à atteindre comme tu l'expliques, mais au volume de vapeur dégagé lors du tir.
Finalement peu de risques!!

Tombstone

Messages : 419
Date d'inscription : 19/08/2013
Age : 58
Localisation : Bouches du Rhône

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Graphist le Ven 14 Nov 2014 - 12:40

On en avait parlé Cobravif dans des précédents posts.
Tu avais dit que pour une personne qui coule des balles une fois de temps en temps n'est pas forcément sujet à une intoxication importante. Tu avais dit que la seule protection respiratoire efficace était un masque à bain liquide.

Personnellement, je coule en extérieur, à l'air libre dans mon jardin, sans masque mais avec lunettes, des vêtements en coton, un tablier, des rangers et des gants épais en cuir.
Pour moi, le principal danger vient des éclaboussures surtout quand on remet des balles à fondre ou quand les bavures de plomb retombent dans le creuset lorsque l'on ouvre le moule.

Graphist

Messages : 362
Date d'inscription : 04/01/2014
Age : 32
Localisation : Antibes, Alpes Maritimes

http://www.toilerouge.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Cobravif le Ven 14 Nov 2014 - 14:41

C'est la logique même. Quand je coule quelques balles dans mon atelier, je fais du courant d'air. Si j'en coule beaucoup et passe plusieurs heures près du plomb en fusion, je fais fonctionner ma sorbonne. Et cela est assez rare. C'est surtout que la sorbonne récupère les vapeurs de plomb et les condense. Je récupère ainsi quelques grammes d'un plomb distillé remarquablement pur. Qui me sert à autre chose que l'armurerie. Mais je ne récupère que deux ou trois grammes alors que la pompe aspirante a travaillé tout l'après-midi en étant directement au-dessus des creusets ! Je ne connais personne qui coule du plomb avec le nez au-dessus de son creuset. Autant dire que s'intoxiquer en coulant quelques balles me paraît bien invraisemblable.


Dernière édition par Cobravif le Ven 14 Nov 2014 - 14:42, édité 1 fois (Raison : Correction de coquilles.)

_________________
Les hommes se répartissent naturellement en trois classes : les orgueilleux, les prétentieux et les autres.
Ne faisant pas partie de leur classe, je n'ai jamais rencontré les autres.

Cobravif

Messages : 975
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 64
Localisation : Région toulousaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Graphist le Ven 14 Nov 2014 - 18:20

Cobravif a écrit:
La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible et les droits de l'homme finissent toujours par céder devant ceux de l'asticot.

J'adore cette phrase, elle est tellement vrai.
Je suis mécanicien amateur à mes heures perdues. J'ajouterais aussi le contact avec les huiles synthétiques, les vapeurs des plastiques, le contact avec les carburants, les poussières de frein.
Il est bien reconnu que l'air d'un habitacle est bien plus pollué que l'extérieur...
Ne parlons même pas de notre alimentation...

Personnellement, rien ne m'empêchera d'aller tirer ! Certains Poilus de 14 ont bien vécu plus de 100 ans... Alors...

Graphist

Messages : 362
Date d'inscription : 04/01/2014
Age : 32
Localisation : Antibes, Alpes Maritimes

http://www.toilerouge.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tir, activité toxique à long terme ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum